dimanche 4 août 2013

Eirwena et les croquettes magiques

Il y a quelques temps, alors que je dormais au sommet de mon arbre, je fis un rêve étrange. J’avais dû un peu trop abuser de croquettes au dîner de la veille car celles-ci m’avaient poursuivie jusque dans mes délires oniriques. En voici le récit :

"Quelque chose me réveille au beau milieu de la nuit ou plus précisément au petit matin, considérant la lumière aurorale qui éclaire faiblement la p’tite maison Wena. Je ne saurais dire ce que c’est, car je n’entends aucun bruit et Indy dort toujours à poings fermés. J’ouvre mes paupières encore lourdes de sommeil et aperçois une lueur vacillante émanant de la cuisine. Intriguée, je me lève, descends de mon arbre en silence et me dirige à pas feutrés vers la source de lumière.  

De petits points jaunes fluorescents me guident jusqu’à mon bol de croquettes et là, je n’en reviens pas : des vers luisants sont en train de se tailler la part du roi dans mon casse-croûte nocturne ! Offusquée et interloquée par l’aspect peut banal de la situation, j’envoie un coup de patte timide à la première luciole qui s’évapore au contact de mes coussinets. Les autres s’affolent en tourbillonnant un moment, puis vont trouver refuge au milieu de ma nourriture.


De plus en plus étrange ! Je m’approche afin d’essayer d’identifier ces petites lumières qui, à y bien regarder, n’ont rien d’entomologique, et découvre avec stupeur trois boulettes de couleurs bleu, verte et rose parmi mes croquettes marron.

J’entreprends alors de les examiner et constate que celles-ci ressemblent en tout point à mes croquettes habituelles : même forme, même odeur !

Mon esprit se trouve tiraillé par deux petites voix : la première, raisonnable, me dit qu’il serait bien imprudent de les manger, que leur couleur vive indique qu’elles doivent être impropres à la consommation, voire empoisonnées !

La deuxième, maléfique, tente de me convaincre du contraire en me persuadant de la saveur exceptionnelle que renferment ces croquettes aux teintes chatoyantes.
"Allez Wena, vas-y ! Qu’est-ce que tu attends, terreur de l’Est ! Imagine que la boulette bleue soit fourrée au thon, hum ?"




N’y tenant plus, je la saisis et la croque. Je ferme les yeux pour mieux en apprécier le goût et : rien ! N’y plus n’y moins qu’une croquette ordinaire !
Afin d’en être certaine, je mâche, je mâche et je remâche, je l’avale et peu à peu,  des sensation étranges m’envahissent : mes pattes deviennent flageolantes, la tête me tourne et je perds peu à peu l’équilibre. 

J’ouvre alors les yeux et : Ô stupeur !  J’ai grandi ! Je suis plus haute que la machine à laver, la cuisinière, la table et Indy ! Non d’un rat ! Je suis aussi grande qu’Indy !!! Au secours !

J’essaye de me calmer car mon hyperventilation fait trembler le réfrigérateur contre lequel je suis coincée et mes moustaches, qui se sont mises à vibrer d’anxiété, font autant de bruit qu’un escadron d’abeilles en colères. Si cela continue, je vais réveiller mon fan préféré et là, Mère Nature seule sait ce qui risque d’arriver !

Je prends sur moi et tente d’analyser la situation. J’ai mangé une croquette bleue et j’ai grandi. Il reste deux boulettes colorées : une rose et une verte. Je me dis qu’au point où j’en suis, rien ne pourra être pire !
Engoncée au milieu des appareils électroménagers, je tente de me frayer un passage et de rejoindre tant bien que mal mon bol miniature.

Après plusieurs tentatives, je parviens enfin à me saisir de la boulette verte. Je ferme les yeux à nouveau, je mâche, je remâche, j’avale et peu à peu, je sens mon corps rapetisser à une vitesse eirwenesque. 
Paniquée, je saute sur la table et atterris  dans un endroit sombre, rempli de tissus moelleux. Le temps de recouvrer mes esprits, j’identifie le lieu comme étant la boîte à mouchoirs d’Indy et réalise alors, effarée, que ma taille n’excède pas celle d’une souris !

Dépitée de ne pas avoir retrouvé mon apparence normale, je décide néanmoins de me concentrer sur l’aspect positif de ma situation. Après tout, explorer mon territoire à l’échelle d’un petit rongeur pourrait s’avérer une aventure passionnante !


Enthousiaste, j’entreprends l’escalade interne de cette petite maison de carton et découvre avec bonheur la joie de grimper aux rideaux de papier sans craindre de m’attirer les foudres de mon fan préféré.
Emmêlée dans un mouchoir, je parviens néanmoins en le poussant, à m’extirper de l’habitacle. 


Une fois sortie, je balaye l’horizon du regard : tout à l’air si grand et si différent !  Les objets posés sur la table ont des dimensions démesurées et offrent des possibilités de jeux infinies. Justement, à ma droite, la boîte à sucettes d’Indy est ouverte.

Hop ! Je saute et atterris au beau milieu des bonbons de toutes les couleurs. Je pattoune, je griffe les papiers qui les entourent et mordille leur manche en plastique. C’est le bonheur, je m’amuse comme une petite folle !






Tout à coup, mon estomac qui jusqu’ici s’était tenu tranquille, me fait savoir que l’heure de le remplir à nouveau a sonné. La situation se complique. Je suis assise sur la table du salon qui se trouve à un bipédien de mon bol de croquettes. Que faire ?

Heureusement, mon esprit d’aventurière intrépide ne me fait pas défaut et me guide dans cette quête périlleuse. C’est justement cela qui m’émoustille et je me vois déjà en super Wena bravant tous les dangers ! Prudemment, je m’approche du bord de la table, descends du plateau et me laisse glisser le long d’un pied en évitant de justesse le bec d’un aigle invisible. 
Arrivée en bas, je dois parcourir le désert carrelé qui s’étend devant moi. Prudente, toujours aux aguets, je me mets en route, résignée, accompagnée par les gargouillis de mon estomac pour seule compagnie. Le parcours est semé d’embûches et les serpents-poussière menacent à chaque instant de me mordre. Finalement, j’arrive en terrain promis et arrive aux pieds du Saint Graal.

J’entreprends alors l’ascension de mon bol qui paraît bien plus haut que je ne me l’étais imaginé. Je me hisse à la seule force de mes pattes avant et hop ! Me voici à l’intérieur !
De bonheur, je nage au milieu de mes croquettes, rien qu’à l’idée du festin royal qui m’attend !

Après m'être bien roulée dans la nourriture, je commence à manger une boulette, puis deux, puis quatre, puis six, je ne peux pas m’arrêter ! Finalement, l’estomac plein à imploser, je me force à manger la croquette rose, qui, si je ne me trompe pas, devrait me rendre mon apparence normale. Je mâche (à contre cœur), je remâche (j’ai la nausée), j’avale (je vais vomir) et tout se met à tourner autour de moi.


C’est alors que la voix d’Indy retentit dans la p’tite maison wena : Eirwena, c’est l’heure de se lever, viens manger tes croquettes ! "

Si vous avez manqué les rêves précédent, cliquer ICI et ICI

28 commentaires:

  1. Pretinha aqui -Querida Eirwena eu gostaria de comer uma dessas bolas verdes para ficar pequena e ter uma cama de pirulitos de morango, eu amo pirulitos.
    Tom aqui - Wena parece que você está no paraíso, deitada sobre pilhas de croquetes, oh porque Indy foi acordá-la!
    beijos

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pourquoi les bipèdes ont toujours besoin de nous réveiller !! C'est agaçant, moi j'aurai bien continué à me rouler dans les croquettes ! Gros ronrons Pretinha et Tom. Bises d'Indy.

      Supprimer
  2. Ouf !!! Tu sais que j'ai eu peur !!
    Je préfère ma Wena en taille nature, quelle idée de faire des rêves comme chat ....

    Je vais aller lire les autres !
    Et je vais aller boire un coup d'eau, car à cause de toi Poussinette, et bien j'ai soif !

    Bisous et caresses

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hi hi Chantaloup, oui ce rêve était un peu déstabilisant je l'admet, mais cela m'a permis de voir la p'tite maison Wena à l'échelle d'Indy, c'était instructif ;) Gros ronrons et bises de mon fan préféré.

      Supprimer
  3. Bravo Indy pour cette formidable histoire !

    Pleine d'humour et d'imagination.

    Bisous
    Chantaloup

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Chantaloup, pour ces gentils petits mots. Bisous.

      Supprimer
  4. Wena et les croquettes hallucinogènes ou Eirwena au Pays des Merveilles ;) lol !!. Graou graou de Gucci&Poupette et leurs fans préférés Tony et Pascale Bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Gros ronrons et bises d'Indy à vous tous :)

      Supprimer
  5. Oh non d'un chat j'en ai eu les poils qui se sont irisés !!! Heureusement que ce n'était qu'un rêve !!! Te savoir toute petite m'a effrayé !!!même si tu restais chatoyante !!! ;)
    doux ronrons de ton rouxminet !!
    biz à Indy

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est gentil mon rouxminet. Oui, les rêves sont parfois effrayants. Gros ronrons et bises d'Indy à Carméla.

      Supprimer
  6. Ton deuxième nom ne serait pas Alice , des fois ???
    Très jolie histoire et les photos sont extras .
    gros bisous Indy et câlins à Eirwena

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est ce que ma dit Indy. Vous vous êtes donné le mot ? hi hi ! Gros ronrons et bises d'Indy.

      Supprimer
  7. Est-ce que tu avais faim lorsque tu t'es réveillée Eirwena?
    Tu as fait un rêve incroyable, mais c'est quand-même rassurant d'entendre la voix d'Indy.
    Merci pour les belles images, wouw impressionnant.
    ronrons Eirwena, bises Indy
    Opale et Sonye, et Laurence

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, je ne n'avais pas faim et rien d'entendre Indy me servir mes croquettes m'a fait fuir sous le lit. Gros ronrons et bises d'Indy à Laurence.

      Supprimer
  8. Bravo pour la narration de ce rêve et pour les photos qui accompagnent !!!

    RépondreSupprimer
  9. Coucou copinette Wena !
    Ben dis donc en voilà un rêve !
    Méfies toi quand même à l'avenir des croquettes colorées ... on ne sait jamais ...
    Gros ronrons

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rhôô oui les copains. Ce rêve m'a un peu traumatisé et le lendemain, je n'osai même pas m'approcher de mon bol. M'enfin, c'est passé. Gros ronrons.

      Supprimer
  10. Il se passe des choses étranges, chez toi, Eirwena ! Miaou !
    Gros ronrons des Chats-Pitres.
    Bises de Miss Tigri.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est sûr, surtout en rêves. Gros ronrons et bises d'Indy à Miss Tigri.

      Supprimer
  11. Coucou Eirwena
    Bravo à Indy pour ce joli récit et des belles photos !
    Heureusement que ce n'est qu'un rêve !.....
    C'est peut-être la Crète , qui te rends comme chat !?
    Ronrons Wena et bises à Indy

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Gavinou, Indy est flattée. Quant à moi, je ne sais pas : c'est peut-être la chaleur qui me donne des idées bizarres. Gros ronrons.

      Supprimer
  12. Glop, on sait maintenant à quoi rêvent les chats, enfin, toi, Eirwena. Et le tout, fort bien illustré par Indy. Graous graous, bisous;

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci les copains, gros ronrons et bises d'Indy à Phil.

      Supprimer
  13. Quelle rêve ma belle....un bain de croquettes ...miaou miam! J'ai beaucoup aime rêver avec toi.
    Bravo Wena et Indy!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Sophie, bises et ronrons d'Eirwena.

      Supprimer
  14. Vraiment génial cet article ! Et excellents montages. J'adore

    RépondreSupprimer

Rappel de la procédure à suivre pour publier un commentaire :

1) Cliquez sur la mention "x commentaires" au-dessous de l'article.
2) Rédigez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessus.
3) Cliquez sur les triangles de défilement du menu "commentaires :".
4) Si vous n'avez pas de compte, choisissez Nom/URL
5) Ecrivez votre nom ou pseudo dans la case "Nom :"
(vous n'êtes pas obligé de renseigner la case URL).
6) Cliquez sur "continuer".
7) Cliquez sur "publier" pour valider votre commentaire.

Indy et moi, nous nous réjouissons de lire vos messages chaque jour et nous vous en remercions.