samedi 18 janvier 2014

Journal du 18 janvier

Kikou ! Indy et moi sommes de retour à la maison. Quel soulagement !
Non, parce que si le voyage aller a été pénible, ce n'était rien en comparaison avec celui du retour. La fourrière* ! 

Certes, notre périple, amorcé à dix heures du matin, ne dura que neuf heures au lieu de douze (quel réconfort !), mais sans aucune attente entre chaque vol et par conséquent, je restai enfermée dans ma cage de transport tout le long du trajet.

Pour être tout à fait honnête, cela ne fut pas pour me déplaire car j'eus le mal de l'air pendant tout le voyage. J'étais tellement indisposée et mal en point que je fis peur à mon ombre qui ne me reconnaissait plus. Bon, j'exagère un brin de catnip, mais j'ai vraiment, vraiment, vraiment été malade.

Tout a commencé à bord du premier oiseau qui, je suppose, vexé de transporter un représentant de la gente féline, battit des ailes furieusement, plongea, puis remonta plusieurs fois dans les airs et ce, jusqu'à l'arrivée de notre première destination.
Les deux autres oiseaux adoptèrent le même comportement, par solidarité sans doute et nous malmenèrent sans ménagement pendant de nombreuses heures. 

Alors que nous volions dans le ciel et que je bavais, bavais et bavais encore, l'estomac retourné, les pattes tremblotantes et la tête qui n'en finissait pas de tourner, une chose me réconforta : Indy était aussi malade que moi et ce fut vraiment un soulagement de savoir mon bipède préféré embarqué avec moi dans la même tourmente. 
Petite vengeance : je ruinai un lot important de serviettes en papier dont le stock fut considérablement réduit par mes soins. 

Finalement, à vingt trois heures trente nous arrivâmes enfin à Saint-Pétersbourg après avoir fait escale à Athènes, puis à Frankfort.
En sortant du bâtiment, la météo locale nous accueillit comme il se doit avec un froid à congeler un pingouin : - 22 degrés (bien en dessous des 19 degrés crétois) et nous nous précipitâmes dans un cafard à roulettes pour rejoindre notre habitat.

A peine arrivée, Indy me fit sortir de ma cage de transport, me donna à boire et considérant mon état de fatigue, eut la délicatesse de me servir mes croquettes dans mon bol (et non dans ma boule). Merci Indy.

Après avoir fait le plein de nourriture et calé mon estomac, je fis une rapide inspection des lieux et rejoignis mon hamac pour la nuit.




Le lendemain matin, je ressentis comme jamais la fatigue du voyage et le manque de sommeil. J'étais de très mauvais poils et n'avais aucune envie d'avoir un bipède sur le dos. 
Aussi, après un re-marquage territorial expéditif, remontai-je sur mon arbre afin de rattraper toutes les siestes manquées.


Indy - Eh bien Eirwena, tu n'ouvres pas tes cadeaux ?

Eirwena - Non, je vais me coucher ! Alors ne me parle pas, ne me touche pas, ne fais aucun bruit, est-ce clair ?

Indy - Euh ... oui ... bon, à tout à l'heure.

Eirwena - C'est cela oui, si je suis d'humeur ... 





En fin d'après-midi, je commençai à récupérer et changeai de couchage afin d'entamer une longue phase de repos en compagnie de Couiny, mon jouet favori.


Indy - Eirwena ?

Eirwena - Quoi ? Il y a un problème ? On doit repartir ?

Indy - Mais non, vient manger du thon, cela va te requinquer. 

Eirwena - Du THON ? J'arriveeeeeee !

Après avoir avalé les miettes de thon en deux bonds trois rebonds, j'entrepris une sieste digestif sur le sofa du salon et savourai enfin le plaisir d'être de retour chez moi.


Indy - Euh ... Eirwena ? 

Eirwena - Hmm ?

Indy - Tu ne veux pas ouvrir tes cadeaux ?

Eirwena - Plus tard Indy, plus tard, je suis en osmose avec le canapé et je plane dans d'autres sphères inconnues du monde bipédien ...

Fourrière* : enfer en langage eirwenesque.

Indy et moi sommes contentes de vous retrouver et vous souhaitons à tous un très bon week-end. 
Nous vous donnons rendez-vous lundi pour l'ouverture des cadeaux.





38 commentaires:

  1. Bon retour chez vous !
    Euh le zoizo qui bat des ailes, ça n'aurait pas plu du tout à notre Chatdesîles qui n'aime pas prendre l'avion ... tu as été bien courageuse, Eirwena !
    Plein de ronrons de réconfort !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci les copinous, oui j'ai été courageuse malgré tout. Gros ronrons.

      Supprimer
  2. Ma pauvre chacopine! !! Indy n'a pas bien choisit le jour du retour! Et les -22 à congeler un pingouin contre les 19 de Crête ! Non non sûr Indy n'a pas bien choisi du tout!! Eh bien le fait que ton fan bipède fut malade comme toi, te venge juste un peu.et espérons que cela lui serve de leçon!
    Récupère au mieux et raconte nous tes cadeaux on attend nous!
    Gratuit les amicales et bise à Indy

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, de savoir que nous étions deux à souffrir, m'a beaucoup aidé ;) Enfin, c'est du passé maintenant. Gros ronrons, bises d'Indy.

      Supprimer
  3. Mais quelle horreur! Comment peut-on survivre à cela ? Nous on dit que cela n'est possible qu'avec une prise prolongée de thon ! 41 jours = Un jour pour un degré d'amplitude thermique , ça nous paraît la posologie minimale!
    Moustachouilles compatissantes et ronrons de réconfort.
    Zoé te fait des caresses et des bises à Indy .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, ce fut vraiment éprouvant ! Heureusement que j'ai eu des compensations en rentrant à la maison. Gros ronrons et bises d'Indy.

      Supprimer
  4. Enfin chez toi, ahhh, home sweet home !
    Quelle aventure ma pauvre wena, avec, croquettes sur le paté, des oiseaux de fer bien récalcitrant !
    Tu as été courageuse, et tu métrites bien un bon repos ! Les siestes perdues, il faut les rattraper de toute urgence, on est d'accord avec toi !
    Un chat reposé en vaut deux, surtout pour les bêtises, hein, Wena !
    Nous vous souaitons à toi et ta Indy de profiter au maximum de votre foyer retrouvé, et de bien récupérer de ce voyage "fourrieresque" !
    Gros ronrons !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est comme je vous le miaule les copinous, ce fut la fourrière ! Enfin, c'est du passé et les siestes à répétition ont vite eu fait de me remettre d'aplomb. Merci pour le soutien, gros ronrons, bises d'Indy.

      Supprimer
  5. On aurait pas survécu à un tel voyage nous... quelle horreur!
    Bon retour chez toi et surtout bon repos!
    Ronrons!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci les copines, gros ronrons à vous deux.

      Supprimer
  6. Bon retour chez vous et surtout bon repos après toutes ces aventures ! Pas cool d'être malade, moi je le suis déjà quand ma bipède m'emmène exceptionnellement maintenant dans son cafard à roulettes jusque chez le véto et le trajet ne dure que 5 minutes alors je n'imagine même pas comment tu as dû "souffrir" pendant toutes ces longues heures dans les oiseaux en fer ! Ronrons de Samba et bises de Véronique

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, ce n'est vraiment pas cool d'être malade en effet. C'était la première fois que ça m'arrivait et j'espère la dernière. Gros ronrons Samba et bises d'Indy à Véronique.

      Supprimer
  7. Quel cauchemar ! Nous ne savons pas comment tu fais pour survivre à des trucs pareils ! Nous sommes bien contents de te savoir saine et sauve à la maison ! Ronrons

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Zorro et Loupi, oui je demande comment j'ai fait pour supporter tout cela. Gros ronrons.

      Supprimer
  8. Eh bien, presqu'une chatastrophe ! C'est chatroce ces voyages. Enfin chez toi, Eirwena, avec Indy aux petits soins, glop !
    Graous graous, bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, ce fut terrible, heureusement que le bonheur de rentrer à la maison accompagné d'un service impeccable contribua fortement à me faire oublier ce mauvais épisode. Gros ronrons.

      Supprimer
  9. j'en suis toute retournée de ce que t'as fait vivre Indy!!!!
    repose toi bien
    doux ronrons

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton soutien Doly, gros ronrons.

      Supprimer
  10. J'en ai l'estomac qui va pas bien du tout rien que d'y penser Eirwena. C'est vraiment pas super comme voyage. D'ailleurs aucun voyage n'est super pour un chat. J'espère ne jamais voyager et ... ne jamais connaitre une température de -22°C. Je ne suis pas équipée pour ça !
    Repose toi bien.
    On est impatientes de voir tes cadeaux.
    Plein de ronrons.
    PS de Nat à Chat : J'adore vraiment la photo de la demoiselle couchée dans le hamac. La photo est belle et Eirwena est craquante au possible.
    Bises Indy

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eirwena - Oui, les voyages ne sont pas faits pour nous les chats qui préférons de loin voyager de chez nous. Gros ronrons.
      Indy - Merci Nat à Chat, bisous.

      Supprimer
  11. Pauvre petite minette, tu as étè malade!
    Tu mérites une semaine de thon, rien que pour le courage dont tu as fait preuve!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rhôô c'est gentil, merci. J'en ai déjà eu quelques miettes, c'est déjà ça ;) Gros ronrons.

      Supprimer
  12. oh tu as été malade pauvre tite Eirwena, et ce doit être long, c'est bon d'être retour maison.
    gros ronrons d'Opale et SOnye
    bisous Indy, bon dimanche

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, heureusement ce n'est plus qu'un mauvais souvenir. Gros ronrons à vous deux, bisous d'Indy à Laurence.

      Supprimer
  13. Ma pauvre Eirwena, ce voyage a été bien éprouvant pour toi et Indy et tu méritais bien du thon pour te réconforter.
    Repose toi bien
    Gros câlins, bises à Indy

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui du thon et de beaux cadeaux. Gros ronrons, bises d'Indy.

      Supprimer
  14. Quel bonheur de te retrouver ma jolie et douce petite Eirwena :) Quel terrible voyage, maudits oiseaux! Heureusement qu'Indy était à tes côtés pour te rassurer. Holala, le choc thermique... j'espère que tu n'en as pas souffert et Indy non plus! Vous étiez bien couvertes j'espère! Heureusement que vous avez pu sauter dans un cafard à roulettes pour vous ramener à la maison bien au chaud! Tu as pu rattraper un petit sommeil ma petite chérie? Allez, je te laisse profiter du weekend pour faire tes siestes et je t'envoie plein de câlins tout doux et un bisou pour Indy bien entendu :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne t'inquiète pas Joëlle, je n'ai pas eu à souffrir du froid, je n'en ai pas eu le temps et une fois à la maison, ce ne fut que du bonheur de retrouver mon territoire, mon mobilier et la quiétude dans un foyer bien chaud. Gros ronrons, bises d'Indy.

      Supprimer
  15. Pauve petite Eirwena... ça me fait de la peine d'entendre que tu as été malade. Par contre, je suis très curieuse de savoir ce qu'il y a dans ces fameux cadeaux. Tu nous diras bientôt?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est gentil Vanessa, c'est la première fois que j'ai eu le mal de l'air en avion et j'espère que cela ne se reproduira plus.
      Pour les cadeaux, je vais y venir ;) Ronrons;

      Supprimer
  16. Quel cauchemar ce voyage...
    Reposez-vous bien toutes les deux
    Plein de gros câlins
    Bises Indy
    Annie

    RépondreSupprimer
  17. Bem vindas, queridas!
    Tenham um bom descanso.
    beijos

    RépondreSupprimer
  18. Pauvre petite Puce et aussi pauvre Indy ....
    C'est sûrement les intempéries qui ont fait que les oiseaux étaient de mauvaise humeur ....
    Enfin, le principal est que tout cela est derrière vous.

    Je vous envoie pleins de bisous réconfortants à toutes les deux.
    Chantaloup

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Chantaloup, je suis bien contente que cela soit fini et d'être chez moi. Gros ronrons, bises d'Indy.

      Supprimer
  19. pascale et les velus poilus21 janvier 2014 à 02:05

    Désolés pour votre retour bien mouvementé les filles . Enfin vous allez pouvoir oublier tout cela et vous reposer confortablement à l'appartement . Avec de bonnes croquettes et les miettes de thon , tu vas pouvoir vite récupérer ma belle ! Grattouilles à toi et bisous à Indy . Très contente de vous retrouver !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, le retour fut pénible, mais c'est de l'histoire ancienne? Maintenant je savoure le plaisir d'être chez moi. Gros ronrons, bises d'Indy.

      Supprimer

Rappel de la procédure à suivre pour publier un commentaire :

1) Cliquez sur la mention "x commentaires" au-dessous de l'article.
2) Rédigez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessus.
3) Cliquez sur les triangles de défilement du menu "commentaires :".
4) Si vous n'avez pas de compte, choisissez Nom/URL
5) Ecrivez votre nom ou pseudo dans la case "Nom :"
(vous n'êtes pas obligé de renseigner la case URL).
6) Cliquez sur "continuer".
7) Cliquez sur "publier" pour valider votre commentaire.

Indy et moi, nous nous réjouissons de lire vos messages chaque jour et nous vous en remercions.