vendredi 21 novembre 2014

Eirwena, la voyageuse

Kikou les amis ! Voici la suite de mes aventures !
Si vous avez manqué le tout début, rendez-vous dans la rubrique "Les aventures d'Eirwena" (colonne droite du blog) ou cliquez : ICI.






Cela fait cinq mois à présent que je vis avec Indy. J'estime que ma cohabitation avec mon bipède est plutôt harmonieuse (autant que faire ce peut, c'est un bipède ne l'oublions pas) et, depuis l'arrivée de Couiny, mon nouveau jouet, je ne vois pas le temps passer. Ainsi, le mois de juin arriva-t-il sans crier gare, comme les projets d'Indy d'ailleurs :

L'annonce de notre départ en vacances en Crête par mon bipède eut l'effet d'une bombe ! Pleins de questions assaillirent mon esprit : "Comment ? Où ? Pourquoi ?". J'obtiens vite les réponses le jour même de notre voyage, quand, tapie au fond de ma cage de transport embaumée de phéromones apaisantes, j'attendais avec Couiny le moment du départ.

Après un tour d'une petite heure en cafard à roulettes, nous arrivâmes à l'aéroport, sorte d'endroit bruyant, surpeuplé de bipèdes affairés qui bougent dans tous les sens.
Je repérai tout de suite les bipèdes en bleu qui nous firent signe d'avancer. Mon niveau de stress grimpa d'un cran à la pensée d'une éventuelle piqûre à venir, mais rien n'arriva et je fus vite rassurée de constater que cette formalité de contrôle s'adressait aussi bien aux bipèdes qu'aux animaux.

Une demi-heure plus tard, il se produisit quelque chose d'incroyable : Indy m'avait promis que les gouttes homéopathiques qu'elle m'avait administrées le matin n'avaient aucun effet hallucinatoire, néanmoins, quand les bipèdes en bleu nous prièrent d'embarquer dans un oiseau géant, j'eus quelques doutes.

Je sais, même à raconter comme cela, cela paraît bizarre, mais pourtant, je vous assure, Indy, Couiny et moi nous entrâmes à l'intérieur d'un gros volatile (entre le pigeon et la mouette, j'hésite encore) pour effectuer un voyage de plus de trois heures à l'intérieur de  son estomac. Je ne sais pas si c'est le fait d'avoir avaler une centaine de bipèdes et un chat, mais l'oiseau de malheur eut plusieurs haut-le coeur pendant la traversée et me communiqua le mal de l'air. 

Lorsque nous atteignirent notre destination finale (la maison de la maman d'Indy), je fus soulagée de sentir le sol sous mes coussinets et, distraite, j'en oubliais d'écouter les explications d'Indy relatives à notre aménagement : "Bon, Eirwena, tu vas séjourner dans cette partie isolée des autres pièces de la maison, car il y a un autre chat vivant ici et celui-ci n'a aucune envie de partager son territoire avec un autre congénère ... ".
Je n'entendais rien, j'étais trop affairée à découvrir ce nouveau territoire composé d'une large pièce avec des meubles prêts accueillir mes sauts en hauteur et d'une salle de bain ...

... avec SPA que je pris plaisir à explorer. Mais alors que je m'apprêtais à tester le jacuzzi, les cris d'Indy retentirent dans l'autre pièce et je rappliquai à fond les balles en mousses.
Mon bipède, qui avait pris tant de soins à me donner les consignes de sécurité relatif à mon séjour, avait omis de bien fermer la porte qui séparait "nos quartiers" de ceux du chat maître des lieux, appelé Messiaen (Cliquer ICI, pour découvrir histoire). 
Tant est si bien que je me retrouvai face à ça : un monstre poilu aux yeux jaunes, sans nez et avec de grandes dents que je surnommai : le Yéti !











Je n'eus même pas le temps d'émettre un "pffft" , ni même un "humpf" que je fus aplatie par cette brute épaisse, la face imprimée sur le carrelage, écrasée comme une mite.


Il me fallut quelques instants pour "digérer" cet accueil félin on ne peut plus brutal et grossier et je passai les heures qui suivirent avec ma bouderie comme compagnie.


Le lendemain, encore sur le qui-vive, je m'assurai auprès d'Indy qu'il n'y avait plus aucun danger. Celle-ci me confirma la haute sécurité des lieux et me fit remarquer quelque chose d'incroyable : mes oreilles s'étaient redressées pendant la nuit !
Me voyant choquée par la nouvelle, Indy essaya de me rassurer en m'expliquant que parfois, les oreilles des Scottish fold se redressent en cas de forte chaleur, puis elles s'affaissent à nouveau quand les températures redescendent.


Ma nouvelle allure me donnant l'impression d'avoir fusionné avec une chouette, j'entrepris de me rafraîchir en employant les grands moyens : sauter dans le bac à douche en même temps qu'Indy. L'effet fut immédiat, mais le résultat : nul !


Eirwena - Tu avais dit que mes oreilles redescendraient, nom d'un rat !

Indy - Euh ... bah non, il fait toujours aussi chaud, donc ce n'est pas une petite douche qui changera grand-chose !








J'en pris mon parti et décidai enfin de profiter de mes vacances avec un programme d'activités félines sur mesure : 


Je commençais très tôt le matin, par une séance de trampoline sur le lit. Le matelas offrait un meilleur ressort que celui de la maison et permettait de rebondir beaucoup plus haut, c'était fort amusant. Le ventre de mon bipède, par contre, restait toujours aussi mou et je n'obtenais qu'un "aïe" plaintif à chaque atterrissage sur son estomac.
Alors, je changeais d'activité et enchaînais avec une petite série d'abdos ... 
... suivie de quelques étirements sur le griffoir en sisal.
Le midi était réservé à la chasse à la souris que je devais débusquer dans son terrier en plongeant sous l'encoignure. 
Après toute cette dépense physique, je me désaltérais à la fontaine bipédienne,

avant d'entreprendre une longue sieste, au frais, sur le sol carrelé.



Puis, en fin de journée, je m'allongeais sur le bord de la fenêtre et regardai voler les insectes et oiseaux de passage en rêvant.








Les deux mois de vacances passèrent aussi vite qu'une migration d'oiseaux automnale et le moment de rentrer à la maison arriva. J'étais à nouveau chez moi, soulagée de récupérer mon territoire et mes oreilles pliées.

A bientôt pour la suite de mes aventures : ICI
A tchao Wena !
















26 commentaires:

  1. Très drôle de remonter le temps ainsi ! je ne savais pas que la position de tes oreilles variaient avec les températures. t'es mignonne en petite hulotte!
    ben dis donc , le yéti n'a même pas fait les sommations d'usage , quel rustre celui-là!
    Bisous sur ton adorable ti-muzo .
    bise à Indy

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Effectivement, Zoé et je n'ai toujours pas digéré l'accueil de ce rustre à moustaches ;) Gros ronrons, bises d'Indy.

      Supprimer
  2. Ba quelle expérience de voyage
    Bon c'est vrai je te rassure un yeti ne ressemble pas à ça. !!! Mais il était le maître de la maison. Il faut le comprendre. En tout cas tu as du passé des sacrées vacances. Pour tes petites oreilles de hulotte je ne savais pas. Mais de toute façon tu restes aussi jolie oreilles dressées ou pas. Pleins de calinous et de bisous pour toi. Bonne soirée à toi et à Indy.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis certaine qu'un Yéti aurait été plus accueillant ;) Gros ronrons, bises d'Indy.

      Supprimer
  3. tes vacances je m en souviens entre le yeti les sauterelles et les potes du quartier et le reste on n est pas près d oublier tes aventures toujours aussi drôle ..mais un petit rappelle cela fait du bien ...comme dis zoé et Anne lise même avec tes oreilles d "hulotte" tu restes la plus belle tu es charmante quoi qu' il arrive ...te voila rassuré j espère alors je vais te souhaiter ainsi
    qu' a Indy un très bon WE calinou a toi et bisous a Indy a bientôt

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, Marine, effectivement, je n'ai pas de quoi m'ennuyer quand je suis en vacances ;) Gros ronrons, bises d'Indy.

      Supprimer
  4. Tu es vraiment un très grande voyageuse, Eirwena! Nous avons adoré toutes les belles photos de toi

    Ronrons,
    Les Chans

    RépondreSupprimer
  5. une jolie Eirwena toute blanche et un beau Yeti, bien beau aussi.
    Une belle aventure

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, j'avais le pelage beaucoup plus claire, étant jeune. Gros ronrons.

      Supprimer
  6. Ma chérie, dur dur les voyages... Comme toi, je n'aime pas non plus voyager en grand oiseau de métal blanc.
    Tiens le Yéti ! Il n'a pas été très cool avec toi, lors de votre première rencontre, mais il très beau, n'est ce pas ?
    J'ignorais que tes jolies petites zoreilles se dépliaient selon la température, tu es toute mignonne toute mouillée !
    Gros bisous belle Eirwena, ainsi qu'à Indy, doux weekend à toutes les deux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Indy dit qu'il est très beau et que c'est un vrai nounours, pour moi, c'est une plaie sur pattes ;) Gros ronrons, bises d'Indy.

      Supprimer
  7. Tiens tiens, nous qui ne vous connaissons pas depuis longtemps découvrons que tu as des oreilles à géométrie variable .....
    Que d'aventures depuis ton arrivée sur Terre !
    Bises, câlins zé ronrons de nous 4 !
    Nous vous souhaitons une excellente fin de semaine =^.^=

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, j'en ai vu des choses depuis ma naissance, c'est sûr. Gros ronrons, bises d'Indy.

      Supprimer
  8. Querida Wena eu gosto de ler sobre as suas férias, você sempre me faz rir!
    Acho que o Yeti estava precisando de uma boa escovada hehehe
    beijos
    Tenham um ótimo final de semana!

    RépondreSupprimer
  9. Eh bien moi non plus je ne connaissais pas cette particularité de tes oreilles. C'est rigolo, nous on trouve !
    Sinon, pour les photos, tu es très chouette dans le spa, et sortant de la douche aussi !
    Chez nous, c'est toujours chat garde-malade, alors on ne s'attarde pas trop sur l'ordi parce que la Maman fatigue vite !
    Ronrons les copines !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est vrai, c'est curieux. Je peux faire la météo à moi toute seule. Gros ronrons et prompt rétablissement à ta bipède.

      Supprimer
  10. Moi j'aime bien tes zoreilles quand il fait chaud. Je l'ai déjà dit, mais c'est pas grave.
    Tu es une grande voyageuse depuis longtemps toi.
    Je comprends mieux pourquoi tu n'aimes pas le Yéti. Aucune éducation. S'attaquer à une toute jeune demoiselle chat !
    Ronrons
    Bises de Nat à Chat à Indy

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mouif, c'est plutôt la honte de s'attaquer à plus petit que soi. Pfff .... Gros ronrons, bises d'Indy à Nat à Chat.

      Supprimer
  11. Incroyable ! Des oreilles thermo-réactives ! Non seulement tu es une grande voyageuse, mais tu as en plus d'étonnantes particularités ! Tu es unique, Eirwena ! Ronrons

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci les copinous, oui c'est vrai qu'il m'arrive toujours des trucs incroyables. Gros ronrons.

      Supprimer
  12. Aux prochaines vacances, il va falloir redresser les oreilles du Yéti, miaou mais !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est clair ! Je compte bien dominer la cour tout l'été ;) Gros ronrons.

      Supprimer
  13. Magnifiques photos ! J'aime beaucoup le Yeti aussi...
    Par contre Eirwena qui sort de la douche... euh... :-)
    Suis écroulée de rire toute seule devant l'écran...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est vrai qu'Eirwena n'a pas la même allure une fois mouillée ;)

      Supprimer

Rappel de la procédure à suivre pour publier un commentaire :

1) Cliquez sur la mention "x commentaires" au-dessous de l'article.
2) Rédigez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessus.
3) Cliquez sur les triangles de défilement du menu "commentaires :".
4) Si vous n'avez pas de compte, choisissez Nom/URL
5) Ecrivez votre nom ou pseudo dans la case "Nom :"
(vous n'êtes pas obligé de renseigner la case URL).
6) Cliquez sur "continuer".
7) Cliquez sur "publier" pour valider votre commentaire.

Indy et moi, nous nous réjouissons de lire vos messages chaque jour et nous vous en remercions.